Forty Four Memories

www.forty-four-memories.fr
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  Carte des membresCarte des membres  Site OfficielSite Officiel  

Partagez | 
 

 Troupes allemandes dans le sud de la France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
TheFullMetal

avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Troupes allemandes dans le sud de la France   Sam 12 Sep 2009 - 22:54

J'ai trouvé sur un forum des infos sur les troupes qui étaient en place dans le sud de la France durant la seconde guerre mondiale. Il s'agit de troupes allemandes.

Lien : http://www.39-45.org/viewtopic.php?f=37&t=20724

Par département :

BOUCHES DU RHÔNE.
• Kom.Adm.D.Franz.Südküste. Commandement de la côte Méditerranéenne de la Kriegsmarine, installé à Aix en Provence et commandé par le vice-amiral Paul Wever.
• Marine-Einsatzkommando 71. chargé du renseignement naval, installé à Aix en Provence.
• Trupp 359 du front-aufklärung-Leittrupp 351. unité de contre espionnage.
• II./3. Brandenburg-régiment. avec son état-major et trois compagnies, la 5e, 7e et une compagnie italienne d’emploi spécial, installé à Aix en Provence.
• Un bataillon de sécurité du Sicherungregiment 200. installé à Aix en Provence.
• 2. Fliegerdivision. état-major positionné à Monfrin (Gard)
JGr.200. groupe d’aviation, composée de Focke-Wulf 190 et Messerschmitt 109G, basé à Cuers, Orange et Aix-les Milles.



II./JG 77. Groupe d’aviation, composée de Messerschmitt 109G (photo ci-dessus), basé à Orange (du 16 au 21 août)
KG 26. Groupe d’aviation, composée de Stuka Junkers JU88, basé à Salon de Provence (Valence et Montpellier)
KG 77. Groupe d’aviation, composée de Stuka Junkers JU88 (photo ci-dessous), basé à Istres.



1(F)./33. Groupe d’aviation, composée de Stuka Junkers JU88 et Messerschmitt 410 (photo ci-dessous), basé à Saint Martin de Crau et les Chanoines.



2./SAGr128. Groupe d’aviation, composée d’Arado 196 (Photo-ci dessous), basé à Berre.






HERAULT.

1. La 189. Reserve-Division. Reformée le 26 septembre 1942 en tant que division de remplacement au sein de WK IX à Friedberg dans l’Hessen. En hiver (06 décembre 1942), la division rejoint la région de Clermont-Ferrand où elle établit son poste de commandement à Royat. Elle participe en octobre 1944 à la lutte contre les maquis du massif central puis elle est en partie mutée dans le secteur des Pyrénées pour combattre les F.F.I. du secteur de Toulouse, Casteneau et Magnoac. En juillet et août 1944, une partie de ses unités prend place dans la défense du Südwall, entre Sète et Aigues-Mortes, puis après le débarquement de Provence celles-ci se retirent par la vallée du Rhône et l’Alsace (février 1945), puis elle passe en Allemagne du Sud en mars 1945. La division est commandée par le Generalleutnant Richard von Schwerin qui installe sont Etat-major à Celleneuve à l’Ouest de Montpellier. Au 1er juillet, elle aligne un potentiel de 4812 hommes répartis sur la côte alors que le restant stationne toujours dans la région de Toulouse.
2. La 271.Infanterie-Division. Elle est formée le 22 mai 1940 dans la région militaire XVII du secteur de Vienne à l’intérieur du 10e échelon de mobilisation. Dissoute en juillet 1940, elle est reconstituée le 17 novembre 1943 dans le WK XIII au sein du 22e échelon de mobilisation avec les restes de la 137.I.D. Après son passage dans les Pays-Bas en janvier 1943, elle occupe le secteur de Besançon, Sens, Dijon, Belfort, Beaune puis elle fait mouvement vers Montpellier au mois de mars. Elle occupe dorénavant le secteur côtier compris entre Mauguios à l’Est et Agde à l’Ouest, dont Marseillan. La 271.I.D. est commandée par le Generalleutnant Paul Danhauser (du 10 décembre 1943 à août 1944, P.C. Celleneuve) En avril 1944 elle dispose de 11783 hommes. Dans le courant du mois de juin elle est envoyée sur le front de Normandie pour être rattachée à l’II.SS-Pz-Korps.

AUDE.
3. La 277. Infanterie-Division. Formée dans la région militaire VII le 22 mai 1940, à l’intérieur du 10e échelon de mobilisation, a été dissoute en août 1940, sous les ordres du Generalleutnant Karl Graf (15.06.1940-22.07.1940). Recrée le 17 novembre 1943, à l’intérieur du 22e échelon dans le WK XVII à l’aide des rescapés appartenant aux 262. I.D, 71. I.D, 137. I.D et 187. R.D, la division est employée en Croatie puis en février 1944, elle rejoint le secteur de Narbonne et établit son P.C. à St Félix. Elle occupe dorénavant le secteur s’étendant de Leucate à Valras. En avril 1944, elle comptabilisait un effectif de 1343 hommes. En juin, sous les ordres du Generalleutnant Albert Praun (05 avril 1944-10 août 1944) remplaçant le Generalleutnant Heinrich Huffmann (10 décembre 1943-15 avril 1944) elle est envoyée en Normandie, et retraitera vers l’Allemagne en août 1944. Elle est ainsi remplacée par la 198.I.D du Generalmajor Otto Richter arrivant du front de l’Est, mise sur place par voie ferrée.

4. Le Generalkommando IV. Luftwaffen-Feldkorps. Entre novembre et décembre 1942 est constitué le IV. Luftwaffen-Feldkorps. En janvier 1943, celui-ci est transféré près de Versailles pour établir son P.C. à Jouy-en-Josas où il est rattaché à la 3e Flotte aérienne (Luftflotte 3). Cet Etat-major est chargé du contrôle des divisions de campagne de l’armée de l’air soit les 16, 17, 18 et 19 Luftwaffen-Feld-divisionen engagées dans la zone de l’Oberbefehlshaber West. En juillet 1943, le corps est mis à la disposition du groupe d’Armée D, toujours sous les ordres du General der Flak-Art Gerhard Hoffmann, depuis le 01 décembre 1943. En août, ce dernier toujours rattaché administrativement à la Luftwaffe est subordonné du point de vue tactique à l’Armeegruppe Felber transformé le 13 août 1943 en A.O.K.9. Il passe sous les ordres du General der Flieger Erich Petersen le 01 août jusqu’au 19 novembre 1944. Le P.C. du corps est établi à Montpellier, puis à partir de juillet 1944, il est transféré à Capendu, près de Carcassonne. En septembre 1943, le Flieger-Ausbildings-Regiment.71 (71e régiment aérien d’instruction) est rattaché au corps tout en dépendant tactiquement du Feughafenbereich 1/VII Carcassonne sous les ordres de l’Oberst Gieche. Cette unité stationnée précédemment dans le secteur de Blois est commandée par l’Oberst Mayer (P.C. Carcassonne). Le régiment fort de 1775 hommes est constitué de trois bataillons à quatre compagnies chacun répartis à Montpellier (I./FI.Rgt.71), Carcassonne (II./FI.Rgt.71 dont deux compagnies sont en poste à Perpignan) et Béziers (III./FI.Rgt.71). De juin à juillet 1944, certaines troupes de ce régiment participent aux engagements contre les maquis de Bédarieux, Lamalou, et St Pons.

AUDE/PYRENEES ORIENTALES.

5. La 198. Infanterie-Division. Elle est formée fin 1939 dans la région de Mildwitz en Tchécoslovaquie. Elle participe en mai 1940, à la prise du Danemark puis en juin elle est envoyée dans la Sarre. En mars 1941, elle occupe la Bessarabie et combat sur le front russe entre juillet 1941 et septembre 1943. Au début de l’année 1944, elle est affectée en Hollande, puis de février à mars elle rejoint le front russe dans le secteur de Bielgorod pour aboutir à Jassy en Roumanie où elle est pratiquement anéantie. En mai 1944, la division est reconstituée à l’aide d’éléments de la « Bohème-Division » puis, à partir du 21 juin elle est transférée dans le Roussillon. Entre le 21 et le 29 juin, 12931 hommes seront ainsi envoyés dans le secteur de Narbonne à l’aide de 130 trains. Le Generalmajor Otto Richter établit son P.C. à St Félix et répartit ses unités entre la frontière espagnole et Narbonne pour défendre la côte. Peu après la division resserre son dispositif vers le Nord avec l’arrivée de la 716. I.D provenant du front de Normandie. Au moi d’août 1944, elle dispose d’un effectif au complet et son recrutement comporte 50% de vétérans issus du front de l’Est. En outre, son bataillon de fusiliers est spécialisé dans la lutte contre les maquis du secteur. Alertée le 15 août 1944 du débarquement allié sur les côtes de Provence, la division fait mouvement vers l’Est par étapes de 50 à 60 kms par jour à pieds et en camions. Mise à disposition du LXXXV. A.K. elle est alors engagée dans le secteur de Brignoles à la gauche de la 338. I.D sans avoir à sa disposition la totalité de ses moyens offensifs.
6. Le Sicherungs-Regiment.6. Depuis janvier 1944, ce régiment de sécurité constitué initialement pour la lutte anti-maquis, occupe le secteur côtier s’étirant de la frontière espagnole à Port la Nouvelle (P.C. à Rivesaltes). L’unité de l’Oberstleutnant Wilhem Stier, dépendra par la suite de la 272. I.D et sera transférée à Versailles le 1er avril 1944. Le II. /SR6 est déployé dans la région de Leucate, son P.C. s’installe à Port-la-Nouvelle. En février 1944, il sera relevé par la 277.I.D du Generalleutnant Heinrich Huffmann (puis en avril 1944, Generalleutnant Albert Praun). Leucate est alors investi par le II./Gren.Rgt.991 sous les ordres du Hauptmann Schafelner qui y place en cantonnement sa 5.Kp.1 De son coté le S.R.95 qui dépend aussi de la 277. I.D sera affecté dans le secteur du Massif Central en avril 1944.
7. La 326. Infanterie-Division. La division est formée le 22 mai 1940 dans la région militaire II, secteur de Settin, au sein du 10e échelon de mobilisation, puis elle dissoute en août.
Reformée le 17 novembre 1943 dans la région militaire XI au sein du 22e échelon de mobilisation, elle s’installe à Anvers. Du 05 janvier au 21 mars 1944, la division du Generalleutnant Viktor von Drabich-Waechter occupe le secteur de Lyon puis à partir du 22, elle prend place le long de la côte du Roussillon entre la frontière espagnole et Leucate, forte de 11297 hommes. Son P.C. est établi à Thuir. En juillet, elle est envoyée en Normandie et participe aux combats avant d’être décimée à Falaise. En mai 1944 la 272.I.D est dotée principalement de trois régiments de grenadiers Gren.Rgt.980, 981 et 982 à deux bataillons chacun. Un régiment d’artillerie (A.R.272) à quatre Abteilungen totalisant treize batteries, d’un bataillon d’instruction (Feld-Ers-Bataillon.272) à cinq compagnies.
Un bataillon de pionniers (Pi.Bataillon.272) à trois compagnies. Un bataillon de fusiliers (Füsilier.Batailon.272) à quatre compagnies. Un bataillon de transmissions (Nachrichten-Abteilung.272). Un bataillon de transport (Nachschub-Dienste 272).

PYRENEES ORIENTALES.

8. La 716. Infanterie-Division. La 716.I.D est formée en mai 1941 dans la région militaire VI. Après avoir occupé le secteur de Caen et les plages du Calvados, elle subit de plein fouet le débarquement des alliés le 06 juin 1944. Pratiquement anéantie au début juillet, les restes de la division vont être envoyés dans le secteur de Perpignan pour restructuration. En août 1944, elle est loin d’avoir retrouvée son potentiel opérationnel, il manque toujours un régiment d’infanterie et les deux autres ne sont dotés que de deux bataillons chacun. Quant à son régiment d’artillerie, il est organisé de trois groupes sans un seul canon. Son P.C. est établi à Perpignan, puis à Thuir. Sur place, en dehors de sa réorganisation, elle doit aussi assurer la protection du secteur côtier compris entre la frontière espagnole et Narbonne. Après le débarquement de Provence, elle va remonter la vallée du Rhône en subissant les attaques alliées.

PYRENEES ORIENTALES/AUDE/HERAULT.

9. Le Sicherungs-Regiment.95. Créé en juin 1943 avec trois bataillons, le régiment se déploie en février 1944 dans le secteur situé entre le Grau de Vendres et Frontignan. Cette prise en compte d’une portion du littoral, inhabituelle pour des S.R., résulte du départ précipité de la 326.I.D et surtout des retards d’acheminement des divisions de remplacement. Au début de l’année 1944, le régiment est doté d’un quatrième bataillon tout nouvellement formé.
10. La 326. Infanterie-Division. Elle est formée le 09 novembre 1942 dans la région militaire VI, secteur de Bielefeld, à l’intérieure du 18e échelon de mobilisation. En décembre 1942, elle occupe le secteur côtier du Languedoc-Roussillon comprenant les secteurs de Cerbère à Frontignan. Elle est successivement commandée par le Generalleutnant Max Dennerlein et le Generalleutnant Karl Böttcher qui est lui-même relevé par le Generalleutnant Viktor von Drabich-Waechter. Cette division dont le P.C. est établi à Narbonne, dispose en décembre 1943 de 11297 combattants répartis dans les principales unités suivantes : Trois régiments de grenadiers Gren.Rgt.751, 752,753 à trois bataillons chacun pour les deux premiers régiments et à deux bataillons pour le troisième régiment (transfert en novembre 1943). Un régiment d’artillerie (A.R.326) à trois Abteilungen totalisant 11 batteries, passant à 10 en juin 1944, un bataillon d’instruction (Feld-Ers-Bataillon.326) à trois compagnies, un bataillon de pionniers (Pi.Bataillon.326) à trois compagnies. Un bataillon antichar (Schnelle-Abteilung.326) à quatre compagnies, un bataillon de transmissions (Nachrichten-Abteilung.326). Un bataillon de transport (Nachschub-Dienste 326). A partir du mois d’août 1943, la division subordonnée au IV.Lw.Feldkorps du général der Flieger Erich Petersen ne dispose sue de neuf puis de huit bataillons d’infanterie réguliers. Elle va être complétée par deux bataillons de l’Est (Ost-Btl.666 et Ost-Btl.681) à quatre compagnies chacun. En janvier 1944, la division est transférée dans le secteur de l’A.O.K.15 pour prendre position dans le secteur du Touquet. »2

En ce qui concerne l’aviation, les allemands ne peuvent aligner le 15 août, qu’une soixantaine de bombardiers Dornier 217 (Photo ci-dessous) et Junker 88 ainsi que quelques chasseurs Focke-Wulf 190 et Messerschmitt 109/G.



HAUTE-GARONNE.
• La 11ème Division de Panzer (11.Panzer Division, 11.Pz. Div.) Formée le 1er août 1940 à Sagan (Pologne) après la défaite de la France, à partir du 15e régiment de panzer (15.Reg. Pz.), appartenant à la 5e division de panzer (5.Pz. Div.) de la 11e brigade motorisée, s’étant distingué en France durant la campagne et des effectifs des 231, 311,209 I.D. venant de Silésie. Elle reçoit son baptême du feu en avril 1941 dans la campagne balkanique, participant à l’invasion de la Yougoslavie et la prise de Belgrade de novembre 1940 à avril 1941.

ci dessous la 11eme division de panzer



Durant l’opération Barbarossa (barbe rousse), elle combat avec le groupe d’armée sud participant à la prise de Kiev et d’Uman. Ensuite, elle est transférée au groupe d’armée centre (octobre 1941-juin 1942) dans le secteur de Jitomir, pour effectuer l’offensive sur Moscou. En 1942 elle rejoint le secteur Sud dans les environs de Belgorod pour être envoyée à Stalingrad, où elle est utilisée par von Manstein dans une tentative de dégagement des troupes allemandes encerclées, mais elle n’y est pas engagée. Elle est ensuite envoyée à Rostov, en février 1943, afin de stopper l’armée rouge, évitant ainsi au groupe d’armée A de s’éparpiller dans le Caucase. Elle y subit de lourdes pertes. En Juillet 1943, elle combat à Koursk (Plan Citadelle) et Krivoï Rog puis se retrouve encerclée dans la poche de Korsun à Tcherkassy, au mois de février 1944.

Photo ci-contre de tcherkassy



Elle y subit de lourdes pertes surtout en véhicules. Après avoir réussi à se dégager de la poche de Tcherkassy, la division très éprouvée, est envoyée dans le sud de la France, au repos où elle est reformée avec diverses unités. En juin 1944, elle est transférée au sein de la 273e division de panzer de réserve (Res.Pz.Div). Positionnée aux alentours de Toulouse (P.C. à Rouffiac), de Montauban, d’Albi et Carcassonne (caserne et aérodrome situé à Salvaza) elle est utilisée dans la traque des résistants français. En août (le 15), elle est envoyée vers la Provence (faute de division blindée dans le secteur, elles sont envoyées en Normandie dès le 06 juin 1944), pour faire face au débarquement des alliés, mais elle ne dépasse pas le Rhône, les ponts sont détruis alors qu’elle approche des berges. Tentant une traversée sur barges, elle ne dispose de pas assez de temps pour affronter les alliés, elle reçoit l’ordre de se replier le long de la vallée du Rhône et se dirige vers l’Alsace, puis rejoint Besançon et Belfort (LXXXV A.K., 19 armee, Heersgruppe G). De là, elle gagne Remagen participant au plan Nordwind, ayant pour objectif de stopper l’avance des américains vers le Rhin. Plus tard elle est déplacée vers le sud évitant ainsi d’être encerclée dans la poche de la Ruhr pour combattre dans la Saar en décembre 1944. C’est une des divisions blindées que le 2e régiment de Dragons et toute la 1ère armée française poursuit jusqu’en Alsace et en Allemagne. En mai 1945, elle se rend à la 3e armée américaine à Thuringe en Bavière. C’était une des divisions favorite d’Hitler.
Commandants :
General der Panzertruppen : Ludwig Crüwell du 01 août 1940 au 15 août 1941.
Generalleutnant : Günther Angern du 15 août 1941 au 24 août 1941.
General der Panzertruppen : Hans Karl Freiherr von Esebeck du 24 août 1941 au 20 octobre 1941.
Generalleutnant : Walter Scheller du 20 octobre 1941 au 16 mai 1942.
General der Panzertruppen : Hermann Balck du 16 mai 1942 au 04 mars 1943.
General der Infanterie : Dietrich von Choltitz du 04 mars 1943 au 15 mai 1943.
Generalleutnant : Johann Mickl du 15 mai 1943 au 10 août 1943.
Generalleutnant : Wend von Wietersheim du 10 août 1943 au 10 avril 1945.

Unités :
• 15. Panzer Regiment : Leutnant Jög Meinecke
II. Abteilung, Pz. Regt.15
III. Abteilung, Pz. Regt.15

• 110. Panzergrenadieres Regiment : Fähnrich Ross Chapton
I. Bataillon, Pz. Gren. Regt 110 (Infanterie)
II. Bataillon, Pz. Gren. Regt 110 (Infanterie)
61. Bataillon Motocycliste (Russie)
• 111. Panzergrenadieres Regiment : Leutnant Christer Oredsson
I. Bataillon, Pz. Gren. Regt 111 (Infanterie)
II. Bataillon, Pz. Gren. Regt 111 : Schütze Laszlo Nemeth (Infanterie)
Panzer Aufklärungs Abteilung 11 : Schütze Beric Kimball
Panzerjäger Abteilung 61 : Schütze Skywalker Rouge (Chasseurs de chars)
Panzer Artillerie Regiment 119 (artillerie)
Heeres Flakartillerie Abteilung 227 : Gefreiter Paul von Roos (Flak)
Panzer Pionnier Bataillon 209 : Schütze Vallée Henken (Génie)

231. Bataillon de reconnaissance. (Russie)
241. Bataillon de transmissions motorisé (Russie)
61. Bataillon du Train (Russie)
61. Bataillon d’instruction (Russie)

Durant la campagne de Russie, engagée dans l’opération Barbarossa la division comptabilise : 44 Panzer de type II, 24 Panzer de type III 37mm, 47 Panzer de type III 50 mm, 20 Panzer de type IV. Lieux des opérations : Allemagne : août 1940-avril 1941, Balkans : avril 1941-juin 1941, Secteur méridional occidental : juin 1941-octobre 1941, Secteur central oriental : octobre 1941-juin 1942, Secteur méridional occidental : juin 1942-juin 1944.

Panzer type II



Panzer de type III




Panzer de type IV



France : juin 1944-septembre 1944.
Alsace : septembre 1944-décembre 1944.

Ardennes : décembre 1944-janvier 1945.
Allemagne : janvier 1945-mai 1945
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alain le Bon

avatar

Messages : 939
Date d'inscription : 26/11/2007
Age : 50
Localisation : Aix en Provence

MessageSujet: Re: Troupes allemandes dans le sud de la France   Mer 16 Sep 2009 - 0:11

Très intéressant tout ça Seb... Mais tu ne parles pas des troupes stationnées entre Menton et l'estuaire du Rhône...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TheFullMetal

avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Re: Troupes allemandes dans le sud de la France   Mer 16 Sep 2009 - 0:23

je vais essayer de compléter ma documentation Very Happy et chercher ses fameuses troupes lol!
Si certains disposent d'autres informations allez y Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brest1945

avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 04/06/2009
Age : 29
Localisation : Brignoles

MessageSujet: Re: Troupes allemandes dans le sud de la France   Mer 16 Sep 2009 - 10:49

Pour complementer ton article, voici les photos de bunker que l'on trouve vers La londe les Maures:






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TheFullMetal

avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Re: Troupes allemandes dans le sud de la France   Mer 16 Sep 2009 - 10:52

Parfaites les photos ! Merci beaucoup Very Happy Very Happy Very Happy
C'est vers ou la londe, je connais pas ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brest1945

avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 04/06/2009
Age : 29
Localisation : Brignoles

MessageSujet: Re: Troupes allemandes dans le sud de la France   Mer 16 Sep 2009 - 10:53

Juste aprés Hyères, sur la côte varoise^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TheFullMetal

avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Re: Troupes allemandes dans le sud de la France   Mer 16 Sep 2009 - 11:06

Pas tres loin de là ou je vais habiter prochainement, j'irais yf aire un saut
Encore merci beaucoup Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dragoon

avatar

Messages : 310
Date d'inscription : 23/03/2008
Age : 49
Localisation : Montpellier

MessageSujet: Re: Troupes allemandes dans le sud de la France   Mer 16 Sep 2009 - 12:28

Les photos de brest1945 sont des photos de la batterie de Mauvanne, non loin de La Londe les Maures. Il s'agit d'une ancienne batterie française réoccupée par les allemands.
La première photo de brest1945 est d'ailleurs une casemate française (magasin à munitions) et non allemande.
La seconde photo est une casemate de marine modèle M272 pour canon de 150mm, les allemands en ont construit 4 de ce type.
Photo d'une de ces casemates avec son canon juste après guerre


Afin de coordonner les tirs, un poste de direction de tir type M262 avec observatoire inférieur et salle de télémétrie à l'étage est également construit sur le site par les allemands (photo ci-après)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TheFullMetal

avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Re: Troupes allemandes dans le sud de la France   Mer 16 Sep 2009 - 13:17

Fabuleux merci pour les compléments très intéressant Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
glenn
Admin


Messages : 450
Date d'inscription : 26/11/2007
Localisation : On the Extreme Northeast Front !

MessageSujet: Re: Troupes allemandes dans le sud de la France   Mer 16 Sep 2009 - 13:33

Alain le Bon a écrit:
Très intéressant tout ça Seb... Mais tu ne parles pas des troupes stationnées entre Menton et l'estuaire du Rhône...

De même, très intéressantes info. Tu m'as devancé sur le sujet Laughing .

N'ayant pas fini, je préfère continuer mes recherches sur la réelle nature de troupes "allemandes" dans le Sud de la France, et c'est loin d'être simple ! Pas mal de sources mais il me faut organiser tout ça... study scratch

@+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TheFullMetal

avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Re: Troupes allemandes dans le sud de la France   Mer 16 Sep 2009 - 14:24

Si tu souhaite compléter les infos toi je te laisses faire, c'est pas un souci bounce bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
glenn
Admin


Messages : 450
Date d'inscription : 26/11/2007
Localisation : On the Extreme Northeast Front !

MessageSujet: Re: Troupes allemandes dans le sud de la France   Mer 16 Sep 2009 - 14:39

TheFullMetal a écrit:
Si tu souhaite compléter les infos toi je te laisses faire, c'est pas un souci bounce bounce

T'inquiète, c'est juste que je m'y pers moi-même car certaines unités n'étaient pas complètes et ont été complété pas d'autres éléments tout en gardant le nom d'origine... bref un bordel duquel je suis pas encore sorti Very Happy

Une fois de plus, bonne trouvaille Seb
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TheFullMetal

avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Re: Troupes allemandes dans le sud de la France   Mer 16 Sep 2009 - 14:56

Merci beaucoup Glenn c'est super sympa !
ça Fait super plaisir Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alain le Bon

avatar

Messages : 939
Date d'inscription : 26/11/2007
Age : 50
Localisation : Aix en Provence

MessageSujet: Re: Troupes allemandes dans le sud de la France   Mer 16 Sep 2009 - 17:10

FULL et GLENN, j'ai entendu dire que de Menton à St Raphael on va dire, il y avait
beaucoup d'Ostruppen. Par contre entre St Raph et Toulon, je crois que c'était la 244ID et entre Toulon et Marseille la 242ID OU VICE VERSA.... scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
glenn
Admin


Messages : 450
Date d'inscription : 26/11/2007
Localisation : On the Extreme Northeast Front !

MessageSujet: Re: Troupes allemandes dans le sud de la France   Mer 16 Sep 2009 - 18:02

C'est bien le problème Alain sur lequel mes recherches se portent! A partir de Novembre/Décembre 1942 la Wehrmacht constitue la 19ème Armée, quartier général à Avignon afin d'organiser les unités du Sud de la France. Il y a des listing précis, mais je vais pas les mentionner en raison des va et viens entre les unités entrainées dans le Sud de la France et envoyées à l'Est et les unités revenant de l'Est.

On va commencer simple pour perdre personne... en 1943, la Wehrmacht crée le groupement "Gruppe Kniess" (du nom de son Général) qui est en charge de la défense du littoral de Carry-le-Rouet à la frontière Italienne.

Ce groupement est constitué de la 244ème, 242ème et de la 148ème division en terme d'unité d'infanterie combattantes. On a à l'été 1943:

_ la 224ème de Carry à Bandol
_ la 242ème de Sanary à Fréjus
_ la 148ème d'Anthéor à la frontière

A ce jour je sais que la 148ème était une division de réserve et d'instruction.

Là ou l'histoire se corse c'est qu'en fin 1943, l'ensemble de la 19ème Armée reçoit des renforts de l'Est constitué exclusivement d'Ostruppen.

Donc pour revenir à mes dires, il est quasiment sur que des divisions "allemandes" sur le papier ne soient en réalité composées de 40 à 70% d'unités "non-allemandes". (je parle bien du cas de la Heer, hors unités administratives)

...mais une fois de plus afin que ce que je viens d'écrire ne soit pas du vent et de la discussion de bistrot, il me faut encore croiser des sources pour avoir une réelle perception des troupes d'occupations du Sud... bientôt, j'espère Exclamation

@+
study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dragoon

avatar

Messages : 310
Date d'inscription : 23/03/2008
Age : 49
Localisation : Montpellier

MessageSujet: Re: Troupes allemandes dans le sud de la France   Jeu 17 Sep 2009 - 11:21

L'histoire de l'armée allemande sur la côte méditerranéenne est très, très, très complexe, beaucoup d'unités y sont passées sans y rester très longtemps. C'est la raison pour laquelle il faut savoir quelle période vous intéresse et sur quel secteur afin de faire des recherches appropriées.

Glenn, sans vouloir t'offenser, il y a quelques erreurs dans ton récit.
La 19ème armée allemande n'est pas créée fin 1942. A cette date, c'est le 83ème corps d'armée transformé pour la circonstance en Armeegruppe Felber qui investit Marseille et Toulon (atteint le 27 novembre).
La 19ème armée est créée le 23 août 1943, prend la dénomination armeeoberkommando.19 (ou AOK 19) et c'est seulement à cette date que l'état-major s'installe en Avignon.

Le gruppe Kniess n'existe pas en tant que tel sur le secteur. C'est une appellation ancienne (il faudrait que je retrouve l'historique), en fait ce gruppe Kniess est à l'origine du 85ème corps d'armée qui voit le jour le 2 octobre 1943 à Marseille pour coordonner les unités implantées dans ce secteur et uniquement dans ce secteur. En effet, pour le secteur compris entre Toulon et la frontière Italienne, à cette date c'est la 4ème armée Italienne qui occupe le secteur!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
glenn
Admin


Messages : 450
Date d'inscription : 26/11/2007
Localisation : On the Extreme Northeast Front !

MessageSujet: Re: Troupes allemandes dans le sud de la France   Jeu 17 Sep 2009 - 11:30

dragoon a écrit:
Glenn, sans vouloir t'offenser, il y a quelques erreurs dans ton récit.
La 19ème armée allemande n'est pas créée fin 1942. A cette date, c'est le 83ème corps d'armée transformé pour la circonstance en Armeegruppe Felber qui investit Marseille et Toulon (atteint le 27 novembre).
La 19ème armée est créée le 23 août 1943, prend la dénomination armeeoberkommando.19 (ou AOK 19) et c'est seulement à cette date que l'état-major s'installe en Avignon.

No problemo, ma faute ! Wink

Tu as dit le mot qu'il fallait dragoon, "complexe", pas mieux, c'est tout à fait ça. C'est vrai qu'au fils de mes lectures je me rend compte d'un beau bordel organisé Laughing

Merci pour les info
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dogface44

avatar

Messages : 1185
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: Troupes allemandes dans le sud de la France   Sam 24 Oct 2009 - 20:33





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diamond



Messages : 49
Date d'inscription : 02/01/2008

MessageSujet: Re: Troupes allemandes dans le sud de la France   Sam 24 Oct 2009 - 20:42

La première photo semble être prise devant l'eglise des reformés en haut de la canebiere à MARSEILLE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
georges bush

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 27/11/2008
Age : 72
Localisation : carnoules (83)

MessageSujet: Re: Troupes allemandes dans le sud de la France   Ven 6 Nov 2009 - 8:34

Quel beau pays pour des soldats allemands éprouvés sur le front de l'Est!
Biens nourris à voir leur mines rayonnantes à Marseille,baignade dans des plans d'eau,promenade en montagne,au pas et en chantant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BMC

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 10/06/2009
Localisation : SECTEUR 244.ID

MessageSujet: Re: Troupes allemandes dans le sud de la France   Ven 13 Nov 2009 - 15:06

Le article est très bien, et très explicite.
Mais je suis sure que sur les noms des chefs des unités de la 11°PZ, se sont glisses quelque erreurs.
Le grade de Schutze est la désignation du 2°classe dans les unités d'infanterie, a compter du 42/43 il prend la appellation de grenadier. Le Fahnenjunker, a pas le équivalent dans la armée française, mais correspondant a un élevé-officier avec des attributions d'un sergent chef de groupe.
Ces grades sont un peu légère pour commander des bataillons, en autre les noms me semblent un brin fantaisiste(un allemand avec le prénom Skywalker! mais peut être George Lucas se inspire de la 11°PzDiv.)
Le photo du PZII, présente un "Luchs",véhicule de reconnaissance, il a la caisse du PZII, mais Tourelle,armement,motorisation et train de roulement, n'ont rien avoir avec un PZII.
A part de ces remarques, bon travail.
BMC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
battle-of-montelimar

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 07/10/2008
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Troupes allemandes dans le sud de la France   Dim 22 Nov 2009 - 22:01

Bonsoir,
Moi aussi, je suis un peu étonné des noms des chefs de la 11e Panzer rapportés ci-dessus. En effet, les grades ne correspondent pas aux fonctions et les noms parraissent parfois folkloriques. Je me demande si ces infos n'ont pas par exemple été trtouvée sur un site de jeu de rôles?
Ceci expliquerait les grades extrèmement bas (sous-offciers qui commandant des régiments) qui correspondent plutôt au niveau des joueurs, et les pseudos du type "Skywalker Rouge" ...
(En effet, on sait de source sure que Luc Skywalker n'était pas dispo pour mener la bataille du Sud de la France, car son fameux vaisseaux "Faucon Millenium" était en panne, d'ailleurs il n'avait jamais bien fonctionné en version gazogène ... Very Happy )

BoM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Troupes allemandes dans le sud de la France   

Revenir en haut Aller en bas
 
Troupes allemandes dans le sud de la France
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forty Four Memories :: Forty Four Memories :: Histoire-
Sauter vers: